Al Jarreau à Monaco

Une soirée qui sera inoubliable, même si en partant un profond vide et une réelle tristesse m’accapara, drôle de sensation certainement, mais déjà vécue il y a plus de deux ans après le spectacle de Johnny Winter. Voir une étoile, un seigneur de la scène arriver poussé sur une chaise roulante était poignant, l’homme est toujours aussi malicieux, l’œil vif, prêt à enthousiasmer le  public qui avait répondu présent. 7 Grammy Awards sur 4 décennies, dans les catégories, Pop, Rhythm & blues et Jazz. Al Jarreau était hier soir Jazzman, accompagné par le NDR Bigband pour un hommage à Duke Ellington. Oui, ses mimiques ne sont plus aussi visibles, mais l’homme a gagné en majestuosité et en force. Merci monsieur Al Jarreau et surtout à bientôt pour un autre spectacle. J’attendais aussi beaucoup de la première partie avec le duo André Manoukian et Malia, mais je n’ai pas accroché, trop de paroles peut-être qui ne m’ont peut-être pas permis de profiter pleinement de la voix de Malia. Ce soir, autre registre avec Ibrahim Maalouf, avant une autre légende du Jazz : Wayne Shorter.

Programme complet et réservation : montecarlolive.com

JLuc Thibault

Al jarreau en concert pour le Monte-Carlo Jazz Festival avec le ndr bigband